"No limit" ou la recette de la bouillabaisse

IMG_7110.jpg

Hélène Marquer - cofondatrice du Village de Pourgues. Hélène a étudié la sociologie et le management des médias. Elle s'est vite rendue compte qu'elle ne tiendrait pas derrière un bureau. Elle a donc pris la caméra pour réaliser des vidéos sur la permaculture (pour l'association UCIT), l'éducation démocratique et d'autres sujets qui lui tiennent à cœur. La voici maintenant à Pourgues à la recherche de son artiste intérieur. Au village, elle s'amuse à organiser mariage, Guinguette, coudre des toiles de yourtes et des coussins, et danser quand elle peut !

"J'ai parfois l'impression de vivre dans une énorme bouillabaisse où tous les éléments de ma vie se mélangent tels de petits légumes, bercés dans une sauce communauté."

Cette phrase m'est venue un matin d'été. Alors que je ne connaissais pas la recette de la bouillabaisse et ne suis pas sûre d'y avoir déjà goûté. Ceci devait certainement être mon illumination du jour, inspirée comme j'étais dans mon mobil-home de bord de mer.

Il m'a donc fallu rechercher la recette de ce plat marseillais. Dans la bouillabaisse il y a de nombreux poissons différents (lotte, rascasse, congre, vive, grondin rouge, st pierre) -selon les envies du cuisinier-, puis des petits légumes (oignons, poireaux, etc.) et de la rouille (un mélange d'ail, de piments, d'huile d'olive, de lait et de mie de pain). A noter que dans la bouillabaisse, on met tout, y compris les rebuts de poisson (tête et queue). Quand j'ai vu les photos sur Google, ce plat m'a semblé appétissant (même si je ne mange pas de poisson), un mélange plutôt coloré de rouge, avec des feuilles de persils flottant au milieu des parts de poisson.

IMG_8649-2.jpg

Pourquoi ma vie au village ressemblerait-elle à une bouillabaisse ?

Ma première réponse serait : parce que tout se mélange. En vivant à plusieurs je ne sais pas toujours comment faire dans cette bouillabaisse très parfumée mais parfois complètement étourdissante. Il y a quelques mois et quelques années, je pouvais découper ma vie en morceaux, comme de petits légumes et chaque morceau avait son propre cadre et ses codes associés (le registre de langage, la configuration, les types d'interaction). J'avais par exemple la case université = cours, BU (bibliothèque universitaire), collègues de classe, emploi du temps, soirées arrosées, matinées embuées. La case maison = parents, sœur, bureau, lit, repos, créativité, refuge. La case Radio Campus : radio, collègues, fauteuils rouges, conversations journalistiques. De même quand j'observe la vie de mes voisins, j'imagine qu'ils ont une case maison/famille puis travail/collègues, parfois celle voiture/embouteillages, à certains moments la case temps libre/loisirs, la case « amis » et puis vacances/famille/voyage. A y réfléchir, en vivant dans ces cases, d'une certaine manière, j'y voyais assez clair. Je pouvais sautiller d'un segment de ma vie à l'autre, selon les envies. Et cette segmentation était possible car mes activités prenaient place à différents endroits.

IMG_8646-3.jpg

En vivant en communauté, les cases explosent, pimentant mon quotidien !

La case travail rejoint la case loisirs, se mixe avec la case amis et flirte souvent avec la case famille. Cela a du bon. J'apprécie de vivre avec des gens qui sont mes amis, tout près de moi. D'autres sont ma famille, que j'aime retrouver à chaque retour au village. Certains sont mes collègues et nous bossons avec élan sur nos prochains projets (celui d'organiser une Guinguette par exemple). En même temps, je me sens parfois noyée dans la bouillabaisse.

Je sais que certains du collectif aiment dire « Ici, le concept de week-end, ça n'existe plus, nous ne sommes plus attachés à ça ! ». Certes, pour certains, cela veut dire « Ici, c'est tous les jours comme les vacances puisque je décide de mon emploi du temps comme j'en ai envie ». Pour moi c'est parfois trop prenant, puisque le collectif étant mon lieu de vie, je peux difficilement m'en écarter, à moins de « partir en vacances ». Eh oui, j'ai remarqué que j'utilisais volontiers ce terme quand je sors du collectif... Intéressant.

IMG_8657-2.jpg

En fait, j'ai l'impression que le collectif, c'est un peu comme une entreprise : il y a tout le temps des choses à faire et j'ai du mal à m'autoriser du repos...

Maintenant, je ne vis plus dans la bâtisse donc je peux choisir de mieux segmenter mes moments. Mais des fois, il m'arrivait de descendre prendre mon petit déjeuner dans la cuisine commune et d'être plongée directement dans la sauce. J'entendais des remarques comme : « Tu sais qui a laissé traîner la cuillère dans le saladier toute la nuit ? », ou bien certains me questionnaient « Et, au fait, pour la procédure d'accueil, il faudrait penser à y ajouter une nouvelle proposition ! ». Maintenant que j'ai ma petite maison, je peux choisir quand je veux plonger à pleins poumons dans le collectif et ses challenges.

De même, imaginez que vous avez souvent, dans votre quotidien, des personnes nouvelles. Ce sont des visiteurs, amis des uns ou des autres, heureux d'être là et de vouloir faire votre connaissance. Et vous, manque de pot, c'est le moment où vous êtes mal lunés, vous êtes levés du pied gauche. Bref, vous n'avez aucune envie de socialiser et de répondre à cette personne qui vous demande « Mais où se trouvent les éponges propres ? ». (Nous avons même pensé à nous mettre des brassards aux bras pour signifier aux personnes qui voulaient nous parler, que nous étions disposés à être en relation (foulard vert), ou pas (foulard rouge). Cette idée me fait rire :). Et oui ! Il y a des moments, n'ayant pas de véritable limite entre un espace personnel et intime et un espace collectif, eh bien, j'ai besoin d'air.

IMG_8641-2.jpg

Mon cœur de poireau réclame la solitude

Comment vivre avec ma moitié dans un collectif ? Être à Pourgues a fait éclater certaines représentations que j'avais du couple. Ici, je peux passer une journée sans voir mon amoureux. Nous nous faisons souvent à manger à des horaires différents. Je ne me sens plus obligée à certaines actions estampillées « couple ». Non sans peur, je me libère de conditionnements, quitte à trouver de nouvelles manières de réinventer la relation. Nous voulons chacun avoir notre petite maison l'un à côté de l'autre, pour choisir les moments où nous voulons dormir et être seuls, et ceux où nous voulons nous retrouver chez l'un ou chez l'autre (à la manière d'amants qui se rejoindraient le soir en escaladant le mur pour atteindre la fenêtre...). Nous sommes tous deux trop attachés à notre précieuse solitude...

Ici, tout ce qui d'ordinaire est segmenté : famille – travail - amis est relié. Alors ce n'est pas facile d'y voir clair. Je vis avec les personnes avec qui je fais mes principales activités, avec qui j'ai des relations intimes. Hum hum... Comment je vis tout ça moi ? Mon moi se mélange avec mon couple qui se mélange avec un collectif, avec d'autres gens. Tout sur le même lieu. Parfois cela a ses bons côtés : je me fâche avec mon chéri, je ne veux plus le voir. Je n'ai qu'à descendre de la colline et plonger dans les bras de Liliana pour lui confier mon fardeau. De même, j'ai envie de sortir à un concert de jazz, je passe voir Xenia et nous partons ensemble. C'est simple et immédiat, je n'ai pas besoin d'envoyer 10 textos et appeler 6 personnes pour pouvoir fixer un RDV avec l'une que je ne verrai que dans 3h. Mais parfois j'aimerais que ce soit plus segmenté.

Alors je vais me discipliner !

IMG_8654-2.jpg

Bouillabaisse, je vais nager dans ton jus comme un poisson dans l'eau et choisir mon itinéraire !

Car je pense que le burn-out du collectif est vite arrivé. Si je vais dans la bâtisse, je peux voir 1000 choses à faire (rangement, organisation, etc.) et en même temps, avoir 1000 possibilités qui s'offrent à moi : jouer une petite partie de Splendor avec Arthur, jardiner avec Benoît. Cela me demande de clarifier ce que je souhaite faire et dessiner mes propres limites. C'est toujours jongler entre la détermination et le lâcher-prise, pour tout de même rester ouverte à ce qui se présente. J'ai l'impression d'être une sorte de funambule sur un fil, qui essaie à chaque instant de trouver l'équilibre. M'équilibrer entre mes besoins personnels, mes besoins en couple, mes besoins avec le collectif et ceux avec l'extérieur.

Puisque c'est comme ça, je vais recomposer la recette à ma façon ! On dit bien que les nouvelles recettes se sont faites avec des erreurs, n'est-ce pas chère tarte Tatin ? Alors qu'importe rouille, rascasse ou grondin ! Je peux vous remplacer comme je veux et re-doser mes ingrédients. Et puis j'imagine que selon l'humeur du cuisinier, le plat n'est pas le même. Alors dois-je sûrement apprendre à le déguster tel qu'il est ? Bouillabaisse, je t'aurai !!!