Pépites du forum ouvert du 17-18 novembre

Le week-end du 17-18 novembre a réuni une cinquantaine de personnes au Village de Pourgues autour du thème “ces écoles où les enfants font ce qu’ils veulent”.

Changer de Paradigme

Un paradigme est une représentation du monde incarnée par un ensemble cohérent de postures, comportements et agissements. Le paradigme des écoles démocratiques est tellement éloigné du paradigme établi qu'il est habituellement inaccessible, même par la pensée.

Conditions du changement

  • Frustration profonde avec le paradigme établi

  • Etudier l'Histoire de l'école conventionnelle pour s'en libérer

  • Questionner les finalités de base de l'éducation et de l'école

  • Accéder aux témoignages de personnes ayant grandi hors du cadre établi

  • Faire le deuil de son enfance "perdue"

  • Vivre des expériences satisfaisantes avec le nouveau paradigme

Principaux obstacles observés pour faire le pari de la totale confiance en l'enfant

  • Difficulté de visualiser le fonctionnement et le quotidien d'une école démocratique

  • Risque perçu de chômage et marginalisation des jeunes

  • Manque de connaissance de la liberté éducative et croyance aveugle en "l'école obligatoire"

  • Syndrome de Stockolm

  • Post-rationalisation pseudo-scientifique de l'absolue nécessité d'une scolarité

  • Croyance en l'absolue nécessité de contrôler la consommation des enfants (écrans, sucre, etc.)

  • Croyance en l'absolue nécessité de contrôler l'activité des enfants (cours, ateliers dirigés, sport, instrument de musique, etc.)

La Spirale Dynamique est un modèle pour représenter 9 niveaux de réalités, correspondant aux paradigmes sur lesquels des individus ou organisations se basent dans divers domaines de la vie (travail, éducation, santé, relations…). Pour en savoir plus : http://www.spiraledynamique.com/Theorie/

Création

Au départ, constituer un noyau de personne avec des valeurs, des intentions communes et clairs. Ne pas réinventer la poudre, s’appuyer sur des modèles existants peut aider à clarifier le projet pour tout le monde, et permet de gagner un temps fou.

Choisir son mode de gouvernance (partagée, collégiale...)

Dans les premières années d'existence de l’école démocratique, ne pas avoir peur d’exclure les enfants ou les adultes pouvant mettre en péril le règlement, la vision et la mission du groupe de l’école. Ceci, dans le but de garantir la sécurité et la pérennité du projet

Sur le plan matériel, il a été dit par plusieurs participants, que si le projet était à refaire, ils partiraient d’une école vide pour que tous les acteurs du projet (enfants comme adultes) puissent la meubler en fonction de leurs besoins. Souvent, les écoles représentées ont reçu de la part des parents et des sympathisants soit trop de dons (livres, meubles et autres), soit des dons inappropriés ou qui ne ciblaient pas les besoins de l’école au moment présent.

Partir de locaux vides permet d’aérer l’espace et de se limiter aux besoins principaux :

Fonctionnement

Chaque école démocratique a ses propres règles de fonctionnement. Celles énoncées ci-dessous sont prises à titre d’exemple pour donner un exemple de mode de fonctionnement. Les exemples qui suivent sont tirés de l’École Dynamique à Paris.

Conseil d’école :

Conseil qui a lieu une fois par semaine (environ 1h30 à 2h tous les jeudis matin).

Il est constitué d’un responsable qui garantit le respect du règlement et du cadre démocratique, d’un secrétaire, garant de l’ordre du jour, et de toutes personnes faisant partie de l’école et qui souhaite y participer. Le responsable et le secrétaire assument ce rôle pour un semestre. Si l’un d’eux est absent, il doit se faire remplacer et être élu par la majorité.

Le conseil de l’École commence par les informations générales qui doivent être partagées. Viennent ensuite les élections puis le rapport du Comité d’enquête et d’arbitrage (Comité de justice), puis les rapports  des différentes commissions qui doivent être validés. Vient ensuite le temps d’énoncer toutes les propositions qui concernent le vivre ensemble (l’harmonie, le juste, etc). Elles nécessitent deux lectures à deux conseils d’intervalle. Et à la fin, si le temps le permet, vient un temps de discussion plus large qui n’appelle pas au vote.

Comité d’enquête et d’arbitrage (Comité de justice) :

Il est là pour assurer le cadre, le règlement. C’est un comité qui se réunit tous les jours. Il est composé de 3 responsables dont, généralement, au moins un adulte. Ces personnes sont élues pour une période scolaire, soit environ 6 semaines. Le CEA se réunit lorsqu’une personne vit une injustice et ne peut la résoudre seule. Celle-ci remplit alors la feuille d’appel créé à cet effet afin d’être entendue devant le comité. Celui-ci appelle les personnes témoins qui donnent chacune leur version. Le comité vote. S’il n’est pas possible pour celui-ci de trancher, un cercle restauratif ou une médiation peuvent avoir lieu. Dans un deuxième temps, le comité assure le respect du règlement.

Ce comité doit être neutre et ne doit ni culpabiliser, ni juger un comportement. Il est en revanche garant du bon fonctionnement du règlement et veille à la protection du collectif et de ses membres.

L’objectif du CE et du CEA est d’établir une certaine culture de la liberté étendue à tous les âges, appliquant les mêmes limites aux enfants et aux adultes. Considérer un enfant comme pleinement responsable implique qu’il lui est permis de faire sa propre expérience, notamment avec la consommation de produits dangereux comme le sucre et les écrans, ce qui a tendance à dérouter beaucoup de personnes (y compris dans le milieu des écoles démocratiques) qui plaident pour une plus grande prudence et une protection de ces êtres en plein développement, ce qui nécessiterait d’imposer des limites pour des raisons sanitaires. C’est un sujet controversé qui ne connaît pas de solution unique.

Vie quotidienne

Faire évoluer nos habitudes face à des “erreurs”, des “difficultés” qui aujourd’hui amènent un sentiment négatif, une baisse de motivation vers une considération de ces moments comme des opportunités d’évolution. Passer de la difficulté au Challenge, sur un plan personnel, inter-personnel, au niveau de nos organisations et au niveau sociétal.

Une semaine type à l’École Démocratique (ED) :

Difficile de répondre à cette question car c’est très varié. Dans les écoles démocratiques, chacun est libre de vivre sa vie en répondant aux règles susceptibles d’évoluer tous les jeudis lors du conseil de l’école. A partir de là tout est possible.

Les facilitateurs de l’école doivent travailler avec les inspecteurs et les membres de l’école. Ils sont garant du cadre et jouent un rôle de communicant essentiel pour le bon fonctionnement de l’ensemble

Il y a aussi des périodes chaotiques dans les ED. Ces périodes ont l’air nécessaire pour requestionner le cadre et le faire évoluer en fonction des situations rencontrées. Ces périodes demandent un certain lâcher prise .Ces périodes bien que désagréables sont souvent les plus bénéfiques puisqu’elles permettent de modifier et d’améliorer le cadre.

Il y a des RDV réguliers comme la « météo du jour », et certains ateliers comme l’atelier cuisine ou encore l’atelier d’anglais. Ces ateliers apparaissent au fil du temps et au gré des envies et besoins de chacun.

Chaque école est différente. A chaque fois, c’est comme une alchimie qui se dessine. Les couleurs véhiculées par chaque écoles sont différentes et présentent un reflet de la diversité de groupes.